LES CHRONIQUES

Même si, dès l’origine, personne n’a jamais vraiment cru à l’objectivité absolue de la photographie...

NE PLUS EN CROIRE SES YEUX

Georges Dumas

Même si, dès l’origine, personne n’a jamais vraiment cru à l’objectivité absolue de la photographie...

Franchir la frontière du réel, modifier les manifestations visibles, transformer leur perception, voici ce que propose le monde numérique...

LA CITÉ NUMÉRIQUE : « FUCK CONTEXT » OU CONCEPT FOU ?

Jean-Paul Gavard-Perret

Franchir la frontière du réel, modifier les manifestations visibles, transformer leur perception, voici ce que propose le monde numérique...

Le titre de cette chronique aurait très bien pu être : « Une femme disparaît », ou encore « Présence de l’absence ». Car, ce qui frappe dans l’univers de la photographe Edwige K., c’est l’évanescence...

RITES DE PASSAGE

Georges Dumas

Le titre de cette chronique aurait très bien pu être : « Une femme disparaît », ou encore « Présence de l’absence ». Car, ce qui frappe dans l’univers de la photographe Edwige K., c’est l’évanescence...

Christian Boltanski s’en est allé un jour de fanfare et de feux d’artifice. Celui dont l’art luttait contre la mort avait depuis longtemps compris...

BOLTANSKI À L’ÉTERNEL PRÉSENT

Marie-Laure Desjardins

Christian Boltanski s’en est allé un jour de fanfare et de feux d’artifice. Celui dont l’art luttait contre la mort avait depuis longtemps compris...

Première exposition personnelle en France pour Mari Katayama, tout juste 34 ans. Elle se déroule à la Maison Européenne de la Photographie (MEP) à l’occasion d’une saison qui ouvre une fenêtre sur le Soleil Levant...

MARI KATAYAMA EN DÉCOUD 
AVEC LES CORPS NORMÉS

Manon Schaefle

Première exposition personnelle en France pour Mari Katayama, tout juste 34 ans. Elle se déroule à la Maison Européenne de la Photographie (MEP) à l’occasion d’une saison qui ouvre une fenêtre sur le Soleil Levant...

Tu es devenue femme de lune. Tu comprends que tout s’inverse, que la mer est douce et faible, que le littoral peut la manger...

GRINCESSE, PRINCESSE : VANDA SPENGLER

Jean-Paul Gavard-Perret

Tu es devenue femme de lune. Tu comprends que tout s’inverse, que la mer est douce et faible, que le littoral peut la manger...

Ta peau. Ma peau. Fine couche fragile, film enveloppant, armure ou cachette.
Les mains glissent dérivent à l’infini, réchauffent le glacis, se noient...

VELOURS

Catherine Raspail

Ta peau. Ma peau. Fine couche fragile, film enveloppant, armure ou cachette.
Les mains glissent dérivent à l’infini, réchauffent le glacis, se noient...

La vue de ma fenêtre est une image arrêtée au temps, une photographie du réel. Elle montre des matières : du goudron, de la pierre, du verre, du zinc...

DE COUR À JARDIN

Jérôme Carron

La vue de ma fenêtre est une image arrêtée au temps, une photographie du réel. Elle montre des matières : du goudron, de la pierre, du verre, du zinc...

Ce ne sont pas les choses vues qui donnent aux photographies de Véronique Sablery une poussée créatrice...

VÉRONIQUE  SABLERY : DÉCALAGES

Jean-Paul Gavard-Perret

Ce ne sont pas les choses vues qui donnent aux photographies de Véronique Sablery une poussée créatrice...

En art, l’abstraction procède d’un langage visuel affranchi de la reproduction du monde extérieur. Son univers puise dans un répertoire de formes, de jeux de lumière et de couleurs mais se passe des objets qui occupent d’ordinaire notre champ de vision. Dans une œuvre abstraite, reconnaître ce qui est représenté et comprendre de quoi il s’agit relève d’un inépuisable jeu esthétique, ou bien pour certains du casse-tête...

PHOTOGRAPHIE & ABSTRACTION : L’ÉQUATION À PLUSIEURS INCONNUES

Manon Schaefle

En art, l’abstraction procède d’un langage visuel affranchi de la reproduction du monde extérieur. Son univers puise dans un répertoire de formes, de jeux de lumière et de couleurs mais se passe des objets qui occupent d’ordinaire notre champ de vision. Dans une œuvre abstraite, reconnaître ce qui est représenté et comprendre de quoi il s’agit relève d’un inépuisable jeu esthétique, ou bien pour certains du casse-tête...

Ailes déchirées. Rupture.
	Les draps soyeux que nous pensions tenir entre nos mains, qui enveloppaient nos corps les soirs alanguis de haute lutte, ces draps vont se découdre peu à peu, point après point, laissant le vide entre nos poings serrés...

RUPTURE

Dunia Ambatlle

Ailes déchirées. Rupture.
Les draps soyeux que nous pensions tenir entre nos mains, qui enveloppaient nos corps les soirs alang