D’UN ÉLÉPHANT L’AUTRE

Jeanne Morcellet

« Ni cage, ni enclos. Ni cirque, ni zoo » : les photographies de Laurent Baheux racontent la vie, sauvage, entière, pleine, avide, menacée et singulière. Elles parlent des animaux, montrent le monde, vaste, lointain, superbe, sombre et dense. Ses images noir et blanc, entre soleil et nuit, couleur suie, appuient le charbonné et renvoient la lumière. Elles chantent la poussière et les nuances de gris, visent le sol et affolent le ciel. Elles suivent la marche, palpent les fulgurances, rencontrent les frémissements et les drames, effleurent l’insolence de la brièveté de l’existence, accompagnent les respirations des grands mammifères, leur force et leur fragilité. Laurent Baheux raconte les animaux sauvages au cœur et à l’âme des Hommes.

Son dernier livre ELEPHANT trace quelque vingt années de rencontres, de respect et d’amitié avec le pachyderme, « cette pesante masse », photographié en divers points d’Afrique. Magique, sublime, touchant aussi, le grand mammifère, à travers son regard, se dévoile immense, fragile, terriblement attachant avec sa peau ridée, sillonnée et crevassée, sa trompe et ses oreilles extravagantes, ses défenses courbes et uniques. Laurent Baheux dit la splendeur de cet autre et proche et lointain. Mais si « Le vieil éléphant sait où trouver de l’eau »… le vieil Homme saura-t-il trouver la grâce de renouer avec lui et la Terre ?