SUJET LIBRE

Anne Eveillard

Il avait le choix. Il aurait pu préférer un boulot plan-plan, jouer la sécurité, avoir des tickets resto, des horaires de bureau, ne pas prendre de risque. Mais Olivier Waltman avait besoin d’air et envie d’art. Alors un beau matin, il a démissionné d’un job un peu planqué, bien payé, pour tenter l’aventure ailleurs. Son histoire se raconte et se rythme avec cinq sujets de philo sur la liberté, que l’on pose régulièrement au bac.
Être libre, est-ce faire ce que l’on veut ? C’est un début pour s’affranchir de certaines pesanteurs… Né à Paris, Olivier Waltman a grandi à Sartrouville, dans les Yvelines. Parents commerçants, vie de banlieue, bon élève au bahut, prépa au lycée Carnot à l’orée des Batignolles et entrée à Sup de co’ de Reims. Jusque-là, pas de vague. L’ado est dans le rang, histoire de rassurer la famille. À l’issue de son cursus en école de commerce, il transforme un stage chez Sony en CDI. Au marketing. Sauf qu’il s’ennuie assez vite. Certains matins, il part bosser à reculons. C’est le moment de « la remise en question », comme il dit. « Je me suis demandé ce que j’avais vraiment envie de faire…. » Réponse : « Libraire, me rapprocher du spectacle vivant - car je suis fan de théâtre et d’opéra - ou être entouré de tableaux. » À force d’entrer dans les musées et galeries d’art de la capitale, c’est vers la troisième piste qu’il s’oriente. Sauf qu’il ne vient pas du sérail. Pas de collectionneurs dans sa famille et, de son côté, il ne sort pas de la « bonne » école. C’est le début de la galère. Il va falloir ramer.
___________
1 Epok formidable a vu le jour en 2008. D’abord sous la forme d’un blog. Puis d’un webzine à partir de 2015, avec une newsletter hebdomadaire. Le parti pris éditorial : poser un ton et un regard sur ce et ceux qui nous entourent… Une façon pour la journaliste Anne Eveillard, à l’origine d’« 1 Epok », de prendre le pouls de la société dans ce qu’elle a d’original, insolite, pertinent, voire dérangeant aussi parfois. Une démarche en toute indépendance. Sans pub. Sans annonceurs. Avec pour seuls guides, les chemins de traverse et autres pas de côté. Entre 2018 et 2020, 1 Epok formidable a fait l’objet de trois numéros d’une revue éponyme.
www.1-epok-formidable.fr