VIOLAINE CHAUSSONNET

Je suis née à Metz en 1978.
J’ai fait des études de philosophie, obtenu une maîtrise à Strasbourg en 2001.
Puis l’ethnologie, les plantes, la poésie, les voyages en Europe de l’est... La photographie. Entrée à l’École Nationale Supérieure de la Photographie à Arles en 2005.
Diplômée en 2008.
Naissance de mes enfants 2010, 2014, 2017.
Ne pas abandonner la photographie.
Je tiens par elle. Et à chaque fois que je me dis, c’est fini ! ça reprend de plus belle.
Diverses séries : Mata Atlantica 2009, La Malaptie 2012, Memento 2014, La Chute 2016, À voir ton ciel 2018, Par une écharde dans ma chair 2019.
Cette dernière série présentée ici est une reprise de Memento, reprise plus mature, plus libre, un aboutissement en somme.
______________

PAR UNE ÉCHARDE DANS MA CHAIR
Le corps vivant, le corps plein de désir,
Le corps en morceaux, le corps recouvert de végétaux, retour à la nature du corps, chair destinée à la terre,
et la force du désir contre la mort
désir de vie, désir sexuel, désir de création,
avec toujours en arrière-fond
l’aiguillon de la mort

sauver par l’image ce qui va disparaître archiver

J’ai utilisé pour cette série mon outil de travail, un banc de reproduction microfilm pour les archives nationales. J’y ai placé mon corps, j’y ai placé des éléments naturels, alternativement.
J’ai laissé le procédé aléatoire agir.
J’ai choisi de montrer l’image négative, car c’est ainsi que d’abord j’ai vu les images, par projection des bandes microfilms sur l’appareil de lecture. L’image négative retranscrit mieux cette impression de l’irréel de la chair, de chair lumineuse, transcendée par le désir.
Violaine Chaussonnet 2019.

Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
tk-21_logo.png