ADRIENNE ARTH

Adrienne Arth expose depuis une dizaine d’années en France et à l’étranger, que ce soit en galeries (galerie Samagra Paris, galerie Olivier Waltman Paris, DZD gallery Roermond Pays-Bas, galerie Gour-Beneforti Bastia, galerie La Ralentie Paris…), dans des salons ou des parcours artistiques. En 2017, elle est lauréate du concours Eros, organisé par la galerie La Ralentie, Paris, et reçoit le Prix du Jury.
À travers les différentes séries, consacrées à des sujets qui la touchent plastiquement et personnellement, elle cherche à élaborer une manière qui questionne l’image au croisement du réel et du regard qui le saisit, comme expérience visuelle et émotionnelle et non comme donnée objective.
En prise directe ou, selon les thèmes, en superpositions, Adrienne Arth recherche une matière, une texture qui distancie le sujet, l’éloigne de sa réalité et questionne l’image.
Ce travail, à la lisière de l’intime et du public, du monde et de sa métamorphose, se tient en équilibre sur ce fil où la photographie reflète le réel, mais aussi le dénoue de lui-même dans une écriture décalée, le saisit dans son évidence et sa surprise par une image à la fois immédiate et interrogative.

Adrienne Arth est membre fondateur du mouvement Transfiguring, créé en 2014 par sept photographes plasticiens.
________________

Paysages de cerveau, en noir et blanc, est à la fois une série et un livre d’artiste, du même nom, réalisé avec la poète Claude Ber, (Ed. Fidel Anthelme). Pour rendre compte du travail « couches sur couches » à l’œuvre dans le poème et lui répondre sans l’illustrer, j’ai choisi d’utiliser en plus de la prise directe, la surimpression de photos pour créer un univers intérieur qui accompagne visuellement le texte dans un aller-retour de l’image au poème, dans leur jeu en échos et leur distance aussi.

Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
tk-21_logo.png