VUES D'EN HAUT

UN LIVRE DE BENOIT DE CLERCK

DISPONIBLE EN PRÉACHAT À PARTIR DU 25 AOÛT

COUV_BENOIT DE CLERCK_W.jpg

34,00 € *

*(Frais de port inclus pour la France / +2,00 € à l'international ) 

VUES D'EN HAUT

ÉDITION LIMITÉE, NUMÉROTÉE ET SIGNÉE PAR L'AUTEUR

________

Corridor Eléphant propose une collection de livres papier en édition limitée, numérotée et signée. Ces livres sont disponibles dans sa librairie en ligne.  

La maquette, l’impression et le choix du papier sont réfléchis avec l’artiste afin que l’ouvrage corresponde avec le plus de justesse possible au travail du photographe. Le livre de Benoit De Clerck sera imprimé sur un papier coupé semi-mat 170 g. 

 

La série photographique Vues d’en haut de Benoit De Clerck n’a pas la volonté de démontrer les prouesses techniques dont seraient capables les appareils « dernier cri », ni celle de documenter dans un but géographique précis. Elle est une série de tableaux qui nous invite à prendre de la hauteur. Une respiration démontrant, si besoin était, l’unité d’une terre et l’absurdité des frontières. Ce travail donne à respirer autant qu’il libère le regard. Et si l’on a parfois la sensation d’y retrouver des peintures abstraites pouvant se rapprocher des mouvements d’avant-garde du début du XXe siècle, on a surtout la certitude que, quelle que soit la suprématie de l’homme, il est peu de chose face à la planète qui l’héberge. Au-delà de la beauté des images que nous offre le photographe, Vues d’en haut, est une incroyable et peut-être involontaire leçon d’humilité.

Édition limitée, numérotée, signée par l'auteur et certifiée par un cachet à froid.

Format 15x21 cm (format cahier). 

64 pages. 38 photographies

L'INTERVIEW DE L'AUTEUR

Pourquoi et comment avez-vous commencé à photographier ?

 

Mon père et mon grand-père m’ont transmis un bel héritage photographique. La photographie est donc une histoire familiale. Mon père était dessinateur et aimait les photos d’architecture. Comme dessinateur, son travail était très structuré, j’en ai hérité sans doute. Je suis, depuis, toujours attentif au cadrage, et à ce que l’on peut deviner du hors cadre. C’est à l’Académie des Beaux Arts de Charleroi que j’ai pu approfondir et cultiver ce style.

Plus prosaïquement, ma mémoire défaille, la photographie constitue alors un bon aide mémoire! Et enfin, j’aime la promenade, laisser l’œil  s’égarer. La photographie semble convenir à cette façon de regarder le monde. C’est le cas aussi dans le présent recueil, la balade aérienne.

Pourquoi photographier la terre « d’en haut » ? Qu’y voyez-vous ?

 

Je pratique le vol depuis bientôt 46 ans ; regarder de « haut » et scruter le sol devient une seconde nature. Je suis fasciné par ce que les humains laissent comme traces de leurs passages, de leurs activités. D’autre part, il y a ce que les paysages ont à nous offrir, leur intemporalité.

 

Pourquoi avoir choisi le Noir et Blanc ?

 

Lorsque jeune, j’ai commencé à photographier, le Noir et Blanc était inévitable pour des raisons pratiques liées à la trop grande complexité pour moi du développement des photos couleur. La couleur s’est imposée ensuite pour la photo amateur dans le cadre de la vie quotidienne. Ce n’est que tardivement que le Noir et Blanc s’est imposé à moi. Je lui trouve un potentiel expressif supérieur pour le type de photos qui sont les miennes. J’ai l’impression d’obtenir des images purifiées, allant droit au but, simplifiées; d’extraire le regard du réel et de stimuler l’imagination. J’opte aussi la plupart du temps pour un format carré. Ce choix me semble congruent avec celui du Noir et Blanc en ce sens qu’il structure l’image et oriente le regard vers l’essentiel, tout en stimulant l’imaginaire pour le faire sortir du cadre.

 

Que souhaitez-vous partager à travers ce travail ?

 

Je souhaite, dans ce recueil, partager une vision du monde distanciée des contingences de la vie de tous les jours. Une vue peut-être idéalisée de notre univers de vie ; quoi qu’il en soit, une autre façon de le regarder. En vol, l'œil a tendance à s’égarer devant l’immensité des paysages, le regard posé ici recentre ce regard; dirige l’attention sur ce qu’il lui offre. Et pourquoi pas, je souhaiterais également donner envier de voler.

EXTRAITS "VUES D'EN HAUT"