Le Polaroid m'a prise toute entière en 2007, je ne rappelle plus vraiment le pourquoi du comment. Je me revois sur un vide-grenier m'accroupissant pour prendre un Polaroid Supercolor 635 présenté au sol sur une bâche bleue. Pour 4€, il était à moi. J'ai pu l'essayer tout de suite puisqu'il restait 2 films à l'intérieur. Je crois que le bruit de ce déclenchement spécifique a résonné dans ma tête et a fait vibrer la corde sensible de ma créativité !

Pendant toutes ces années, elle a vibré au fil des achats compulsifs d'appareils Polaroid de tous styles et de tous formats ( j'ai arrêté au 75ème) et de séances photos mettant en scène des copains, des copines et la famille.
Le maître-mot de ces plans Pola : Déjanté.
On trouve un lieu, des vêtements, des fois un peu de maquillage et d'éclairage et on s'éclate.
Pour moi, le Polaroid est un bel instrument pour le portrait, c'est pour cela que je vous propose une telle série. Peu importe le modèle d'appareil ou le format utilisé, la mise en scène doit être hors-temps. Quelquefois, le format 100 est capricieux, il propose, suggère des choses et je dispose. C'est là où la sérendipité est à l'œuvre, il faut « saisir » la photo quand elle sort et en tirer tout le potentiel, il faut parfois tourner autour pour améliorer...au risque de passer le pack tout entier ! C'est beaucoup d'expérimentations.

Entre le Polaroid et moi, c'est un dialogue en quelque sorte. Je ne peux pas commencer une séance en me disant « Je veux faire ça comme ça et obtenir ce résultat », Non, je peux poser les bases mais le film a toujours son mot à dire. C'est une porte ouverte...