EN EXPOSITION DANS CE NUMÉRO :

Né en 1983 à Sète, sur les bords de la Méditerranée, je suis issu d'une famille à l'héritage culturel complexe, fait de mélanges improbables et de tabous jalousement préservés. Mon regard se nourrit des impressions que m'inspire cet héritage. Le rapport à soi et au monde, la notion d’identité sont les axes principaux qui conduisent mon travail. Le corps (et ses représentations), en tant que support de ce lien sensible au monde, est aussi un des vecteurs par lequel j’aborde les problématiques que je tente d’explorer.

Après une formation en composition musicale à l’Université de l’État de New York - SUNY Purchase et à la Manhattan School of Music (Bachelor et Master), j’ai entrepris de pratiquer la photographie documentaire en autodidacte, tout en suivant régulièrement des workshops avec des photographes renommés tels que Mickael Ackerman, Ljubisa Danilovic, Martina Bacigalupo ou Arja Hyytiaïnen.

La série « Exiles » que j’ai réalisée en suivant le quotidien de jeunes migrants Afghans dans les rues du Xème arrondissement de Paris en 2013 - 2014 a été publiée sur le site américain vantage.com. Puis, dans la continuité des problématiques auxquelles ce premier travail m’a confronté, je me suis intéressé à la déconstruction / reconstruction de la représentation de l’identité masculine contemporaine via plusieurs séries : État des corps (2014-2016), présentée en projection au Festival de Photographie de Montmélian en 2016, ECDYSIS (2016) et les Anges Rebelles (2013 - présent).

Aujourd’hui basé en milieu rural au cœur du plateau du Larzac, j’amorce un projet sur le rapport au territoire et la place des femmes dans ce territoire périphérique.

__________

Les anges rebelles, ces apatrides chassés du ciel, coupés de leur filiation, ont vu leurs corps même - chez Bruegel l'ancien et d'autres - privés de leur identité. Des monstres en somme, fruits d'un rejet et d'une violence inouïe.
Mon frère est de 15 ans mon cadet. Enfant, je l’accompagnais dans ses premiers pas, ses premières impressions du monde. Il y avait une confiance et une complicité entre nous que seuls peuvent partager des frères.

Puis nous avons grandi et entrepris chacun à notre tour de devenir des hommes. Or personne ne nous avait montré ce qu'était être un homme. Dans notre univers, il n'y avait aucune figure masculine qui puisse nous servir de repère. Les hommes, pour nous, n'étaient que des figures violentes et obscures dont il fallait occulter la mémoire et dissiper l'existence. Chassés du paradis.

Confronter à ce vide et à ces images inondées d'angoisse, je me demandais quel homme voudrait devenir mon frère, quel homme le monde ferait de lui.
Alors j’ai voulu lui transmettre ces photographies, représenter une masculinité qui cherche sa propre intimité et qui doute, lui dire que ce doute signe sa fragilité tout autant que sa liberté à se réinventer hors des schémas et des images qui ont façonné puis anéanti des générations d’hommes avant nous et desquelles nous avons la chance de ne pas être les fils.

COUV F_LERUSSE_BD_14_12_19 copie.jpg

CORRIDOR ÉLÉPHANT GALLERY

Et si votre travail était exposé sur le site galerie et relayé

sur nos réseaux sociaux à l'année ?