EN EXPOSITION DANS CE NUMÉRO :

Le point de départ de cette série d’œuvres a été pour Olivier Mühlhoff un voyage à Berlin en automne 2016. En rejoignant la mer Baltique par de petites routes, il a traversé d’incroyables forêts qui lui ont laissées des souvenirs magiques. 

Passionné par les grands espaces, il a capturé ces ambiances dans des photos de paysage. Pour nous les présenter à l’image de ses propres souvenirs, Il les a patiemment épurés pour n’en faire ressortir que le fondamental. Comme si le temps avait ralenti et que ces paysages s’étaient décomposés en raies de lumière élémentaires.

Il nous invite maintenant à rêver en admirant ces harmonies de couleurs provenant de la nature, ces dégradés qui peuvent aussi symboliser la parenthèse dans le temps.

La photo est toujours un arrêt sur image, mais ici c’est aussi une plongée dans l’essentiel de cet instant figé.

 

Symbolisant des paysages en les réduisant à l’essentiel, tels des souvenirs, cette série est composée de panoramiques de différentes largeurs, rappelant ainsi leur immensité. Ce sont les « Fragments [d’espaces-temps] » que l’auteur présente comme des tableaux d’artiste-peintre. 

De manière aussi complémentaire qu’indispensable, la série se poursuit avec des formats verticaux appelées « Portes ». Ces portes sont les passages secrets nous appellant à venir vers ces paysages. 

 

A chacun d’oser franchir sa porte. Laquelle oseriez-vous franchir ?