LA PEAU-DE-PHOTO®

LAETITIA BISCHOFF

 

Valérie Legembre, plasticienne, a inventé  et breveté la Peau-de-photo® : tout à la fois un procédé et une matière créés à partir de tirages photographiques. Voici quelques explications.

 

Fabrication 

En salle blanche d’ST Microelectronics, Valérie, artiste et opératrice salle blanche, photographie le visage de Gwladys, sa collègue. La photo est développée plusieurs fois en argentique. Dans l’atelier de Valérie, par raclage, la gélatine se détache du papier . La découpe du visage de Gwladys ne fait plus que 4,5 microns d’épaisseur. Elle flotte dans l’eau. Elle est déjà Peau-de-photo®, une matière translucide, une texture photographique.  Hors de l’eau, posée sur une chiffonette de salle blanche, matière à laquelle la Peau-de-photo® n’adhère pas,  c’est l’air chaud du sèche-cheveu qui vient la modeler.  L’air caresse délicatement la texture-image.  Celle-ci se cambre, se recroqueville, se tresse en ses bords. Valérie dompte, aiguille, manœuvre l’image en un volume. Puis, dans une boite de verre, elle dépose la peau-de photo® sèche et figée. Une touche d’eau et l’adhérence au verre est parfaite. 

 

Connaissance empirique et nouvelles technologies

A la fois simple et nouveau, ce procédé de fabrication breveté en 2007 garde entre ces lignes son secret. « Boite de verre 1 » (figurant le visage de Gwladys) a été réalisé en 2002. Alors et depuis le travail de Valérie est celui de l’expérimentation. Pour ses créations, elle ne suit jamais de filons. Bois, métal, résine, lumière, javel, température, pression, degrés, dosages, sont les acteurs de ses protocoles. En 2009-2010, les Peaux-de-photos® pénètrent les laboratoires du CEA. Que deviendra l’image de pure gélatine soumise aux rayons X ? Quel symbiose inventer pour asseoir l’image avec les nouvelles ressources photovoltaïques ?

 

Un épiderme visuel

Cette image entièrement texture porte bien son nom. Elle est une peau. Une double face, un « entre » à plusieurs couches. Forte, réactive et souple. Elle est un épiderme visuel.  

C’est avec ces visages, aux yeux dépassant le masque blanc, que le nom de Peau-de-photo® est venu à Valérie. Par ses plis, ses dévers, cette matière offre une identité graphique et sculpturale à ce qu’elle couv(r)e. Ainsi les peaux-de-photos® incarnent de manière photosensible et texturée, nos avatars nés d’un clic. 

COUV W Ludovic Le Guyader_NATURES URBAIN

NIEPCEBOOK N°13

ARCHITECTURE & POLAROID

Soutenez la revue !

Disponible en édition particpative jusqu'au 02 mars

W_OK_CATHY PEYLAN.jpg