EN EXPOSITION DANS CE NUMÉRO :

Jason Gardner raconte des histoires en utilisant la photographie et la vidéo dans le cadre de l'anthropologie visuelle. Il est passionné par la musique, la culture, les totems et les rituels, et leur impact sur la façon dont une société s'exprime. Jason a publié A Flower in the Mouth, un livre de photographie et d'écriture sur la culture, la musique et les rituels du carnaval de Pernambuco, au Brésil.

Jason est l'un des fondateurs de Visual Anthropology Press, un emballeur de livres qui se consacre à aider les auteurs, photographes et organismes indépendants à réaliser leur vision et à la communiquer à leur public. VAP a récemment produit Scattered Among the Nations, un livre de photographie sur les communautés juives éloignées à travers le monde.

Son travail a été publié dans The New York Times, Rolling Stone, Photo District News, New York Magazine, NPR.org et SPIN Magazine. Parmi ses clients figurent Con Edison,

 

HBO, Samsung Corporation, N-Y Historical Society, Ogilvy & Mather, Direct TV, Pfizer et Human Rights Watch.

Le Lincoln Center a accueilli une exposition du travail de Jason au Festival Out of Doors. Le New Orleans Jazz Fest a accueilli une exposition et une présentation de son travail. Le consulat général du Brésil à Los Angeles a parrainé une exposition de ses œuvres à San Francisco et à New York. Parmi les autres expositions figurent BY Chatel Galerie Paris, Mairie XVème Paris, Vienna Photo Book Fair, Rayko Gallery, Photoville, PhotoPlace Gallery, Uma Nota Festival Toronto, Art From the Heart et le Brazilian Endowment for the Arts (BEA) New York.

____________

Dans mon travail, je recherche ce moment ineffable où les gens transforment, où ils transcendent leur vie quotidienne pour se connecter avec ce qu'ils considèrent comme sacré et incarnent leur culture, leur patrimoine et leur identité. Pour ceux qui le pratiquent année après année, le Carnaval est plus qu'une grande fête: c'est un mode de vie fier. Démocratique et folklorique, elle révèle une complexité et une diversité de religion et de rituels.

Du Brésil, de Lousiane, de France, de Sardaigne, de Guinée-Bissau et de Trinité, je cherche le fil conducteur de ceux qui maintiennent la tradition en préparant les costumes, en répétant la danse et la musique, et en observant leurs rituels privés.

Le Carnaval n'est pas seulement une occasion de se déguiser. Elle permet la transformation, car le sexe, la génération et le statut social sont souvent inversés. Les travailleurs peuvent se moquer de leurs patrons; les travailleurs masculins de la canne à sucre se transforment en buxom, des sprites flirteurs; les mécaniciens automobiles montent un cheval et s'amusent avec des avocats. Le masque et le costume permettent à tous d'être égaux pendant quelques jours, car les lignes de démarcation s'évaporent entre jeunes et vieux, riches et pauvres, populaires et traditionnels, ruraux et urbains, sacrés et séculiers.