Florian Merlet découvre la photographie en 2011 à travers son autre passion : le surf. Il commence à capturer ses premières images lors de voyages entre amis à la quête de nouvelles vagues. En 2016, il tombe dans la marmite de l’argentique. C’est un nouveau départ, une redécouverte. Depuis, il s’adonne à l’exploration de ce médium aux possibilités incalculables. Peu à peu, une dominante prend forme : celle de la rue et de ses formes épurées.

_________

Cet ensemble d’images argentiques (pour l’instant sans titre) est une ode aux formes et aux couleurs. Baignée par une chaude et forte lumière, les ruelles de ces villages portugais révèlent à qui y prend son temps, des géométries brutes peignées de couleurs saturées.