top of page

RÉSONANCES
UN LIVRE DE FANNY GENOUX

ÉDITION NUMÉROTÉE DISPONIBLE EN PRÉACHAT À PARTIR DU 05 OCTOBRE

1ere BD COUV_FANNY GENOUX 4 DIFFUSION.jpg

RÉSONANCES

ÉDITION LIMITÉE, NUMÉROTÉE À 100 EXEMPLAIRES SIGNÉE PAR LA PHOTOGRAPHE

________

Corridor Éléphant Éditions propose depuis dix ans des livres d’artistes émergents en édition de collection, limitée, numérotée et signée.

Le livre de Fanny Genoux sera disponible en édition de collection, imprimé à 100 exemplaires sur un papier semi-mat 170 g, numérotés et signés par l’autrice. L'impression sera lancée dès que le livre aura atteint un minimum de 50 exemplaires préachetés.

Il sera ensuite disponible en édition classique (papier intérieur 120 g) dans toutes les librairies et sur toutes les plateformes de vente en ligne. Le prix de l’ouvrage sera le même qu’il soit ouvrage de collection numéroté ou en librairie.

Acquérir le livre en édition limitée, c’est désirer un objet unique faisant lien avec l'autrice.

Format 21 x 15 cm (format cahier). 78 pages. 43 photographies. Couverture 350 g mate. Papier intérieur 170 g semi-mat.

PRÉACHETER / VOIR  LE LIVRE 

Des lignes s’élancent, délimitent ou laissent l’œil deviner des points de fuite « hors cadre ». Des arrondis s’ouvrent ou se ferment, ombres de demi-lune affirmant l’équilibre de l’image. Et partout l’être humain traverse ou se pose dans ce décor qui paraît sien sans l’être tout à fait, ombre et certitude de lui-même. Il y a du surréalisme dans la photographie de Fanny Genoux et une poésie à regarder ce citadin que nous sommes.

 

L’éditeur

RÉSONANCES (EXTRAIT)

L'INTERVIEW DE FANNY GENOUX

Pourquoi la photographie ?

Par hasard. Tous les médiums m'intéressent, j'ai eu l'opportunité de découvrir la photographie lors d'un atelier au lycée ; c'est devenu mon médium de prédilection. Et, outre le fait que je ne sais pas dessiner, la pratique de la photographie me plaît car elle implique une déambulation solitaire.

 

Que photographiez-vous ?

Essentiellement la ville et les traces qu'y laissent les humains. Un certain rapport entre l'humain et la ville.

 

L’humain n’est pas « identifiable » ou « reconnaissable » dans votre travail, est-ce volontaire, pourquoi ?

Bien que l'humain soit une préoccupation centrale, l'individu avec ses spécificités ne l'est pas. Je cherche parfois à tendre vers l'abstrait.

 

Diriez-vous de votre photographie qu’elle se rapproche de la peinture ?

Ce n'est pas une recherche en soi, mais c'est une remarque que l'on m'a faite souvent.

Parmi les artistes qui m'inspirent il y a des peintres comme Hopper ou des photographes comme Saul Leiter, dont on a dit de ses photographies qu'elles étaient picturales.

 

Comment vient l’idée d’une série ? Comment la travaillez-vous ?

Il n'y a pas d'idée en amont, la série apparaît d'elle-même à un moment donné. Une continuité se dessine dans ce que j'ai photographié. À partir de là, je vais creuser ce thème, l'explorer et tenter de l'enrichir.

 

Pourquoi faire un livre ?

Faire un livre permet de pérenniser son travail, il permet de fixer un travail qui s'est déroulé sur plusieurs années. J'ai, qui plus est, une grande affection pour l'objet livre.

PRÉACHETER RÉSONANCE

PREACHAT E R
bottom of page