EN EXPOSITION DANS CE NUMÉRO :

Photographe autodidacte et engagé, les voyages que j’ai pu effectuer à titre personnel, comme les missions que j’ai accomplies dans un cadre humanitaire (auprès de Médecins Sans Frontières) depuis 2006 m’ont ouvert sur le monde. La réalité des situations des populations déplacées dans des contextes de guerre auxquels je me suis trouvé confronté, n’a pu que me marquer.

L’idée, puis le désir, de fixer sur la pellicule des visages, des êtres, des scènes de vie s’est imposée à moi sans qu’il le prémédite et le choix de l’argentique est apparu, très vite comme une évidence dans cette démarche. La vie propre de la pellicule et ses surprises, et surtout l'absence d'immédiateté pour découvrir l'image, sont autant de contraintes qui offrent finalement un espace de liberté.

___________

Espoirs & désespoir – Somalie [2012]

Dans un pays qui connaît, depuis presque vingt-deux ans sans interruption, la guerre civile, les pillages et toutes les violences, la condition de la femme n’a plus sa place. Si les terres, les villages et les maisons sont dévastés, les troupeaux abattus, le peu de bien confisqué, les vies, elles, sont volées. Volées par les meurtres, l’enrôlement des enfants et les viols... Mais encore volées par l’exil et la séparation. Vingt-deux ans de conflit ont disloqué les structures familiales de la société Somali. Souvent brisées par les épreuves, ces femmes sont confrontées à des questions de survie, d’hébergement, de nourriture.
Sans feu ni lieu, au cœur du plus profond dénuement et sans avenir précis, l’espace et le temps tendent à s’annuler, même si ce dernier sait être long. Car ces femmes attendent. Elles attendent un retour, des nouvelles, un espoir. Parfois même pire encore, si elles n’attendent plus rien... C’est dans ce contexte que, faute d’évoquer la position de la femme, ces images et ces paroles recueillies semblent plutôt figurer d’icônes intemporelles d’angoisse et de souffrance, mais surtout de Vie.