VIRGINIE ROCHETTI

Virginie Rochetti mène un travail trans-disciplinaire entre performance, vidéo, peinture, broderie…. Ses sujets de prédilections sont les relations que nous entretenons en tant qu'êtres humains avec le monde qui nous entoure, que ce soit le monde naturel ou le monde social.

Dans "Pour une Edda des baleines", elle nous parle des océans, des baleines qui chantent et ont des cultures selon les dernières recherches scientifiques. Elle brode leur chant, la trace graphique de leur enregistrement, elle leur crée un lieu de mémoire, mausolée de toile, brodé et sonore.

Dans les "Fata Morgana", elle s'interroge sur les ombres, les faux semblants, et la beauté qui nous assaille dans la surprise et l'imaginaire.
Elle cultive un blob, créature ni animal, ni plante qui serait douée de mémoire.

Elle a exposé en Corée, en Russie, à la biennale de Kaunas et de Mexico, à la galerie Saatchi de Londres, dans divers centres d'arts en France et à Paris…
________

Illusion, songe, Mirage

1) Du latin Miror, mirari, s’étonner, voir avec étonnement.
2) Propagation anormale de la lumière, phénomène optique dû à la 
déviation des faisceaux lumineux par des superpositions de couches d’air de températures différentes.
Au moyen-âge, la fée Morgane avait le pouvoir d’élever des 
palais au dessus des flots. Les premiers navigateurs en quête de 
nouvelles routes se trouvèrent, dans le détroit de Messine face à une fata 
morgana infranchissable…

La fata morgana est un type particulier de mirage, plusieurs images superposées semblent des palais flottants sur l’horizon.

Photographier non pas l’objet mais sa trace mouvante, les grains dansant de la lumière, sorte de contre forme, ombres et ref lets,…
S’étonner encore et toujours de ces paysages interpénétrés, images dans l’image, tautologie, poésie simple, ordinaire, joyeuse.
L’objet est absent, changeant, réitéré à l’infini dans sa représentation accidentelle, sa projection déformée, son ref let ; autant de simulacres évanescents, une vie légère, ancrée, marquée dans le caillou, la pierre des murs.
Lumière et matière, onde et corps, encore et toujours indécidables.
Ombre, comme photo sauvage, non domestiquée apparaissant d’elle- même, sans médium, sans médiation.
Puis, les écrans, les photographier aussi, image de l’image, tautologie du regard, produit pur de l'appareil reflété à l’infini dans les nœuds du réseau, distordu, éparpillé, décentré.
Allégories d’un monde qui ne s’appréhende plus que par fragments, morceaux d’images évanescents, ces réalités irréelles, confuses, virtuelles m’engendrent un vertige d’identités multiples sur les traces des palais de Morgane.
Songe, mirage
Ô fée

Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
tk-21_logo.png

CORRIDOR ELEPHANT met en place des échanges de contenus avec d'autres magazines en ligne que l'Éléphant suit, lit, aime.

https://www.tk-21.com

TK-21 LaRevue, en ligne depuis juin 2011 est une aventure collective, participative, qui introduit dans les débats sur les images aujourd'hui, des analyses et des points de vue échappant à la doxa.

TK-21 LaRevue présente et analyse des images venant du monde entier, elle ne soutient aucune ligne esthétique particulière, mais tente de comprendre ce qui aujourd'hui s'impose comme élément déterminant dans la société et en quoi l’image y participe.

TK-21 LaRevue est devenue un opérateur culturel mettant en place des expositions, des programmes d'échanges et de rencontres avec des artistes étrangers et s'inscrivant dans le champ éditorial avec le magazine papier OVNI et des publications d'ouvrages sur des artistes.