VINCENT PETITGIRARD

Né en 1946, je fais partie des premiers de la vague des baby-boomers qui ont vécu les « 30 glorieuses » et 68. Après des études scientifiques à Toulouse et des randonnées dans les Pyrénées, j’ai dû m’exiler à Paris pour travailler, dans un univers bétonné de métro et de bureaux verticaux. Informatique, organisation du travail et enfin projets multimédias, bien loin de la nature et de sa luxuriance.

Finalement à la retraite, j'ai la chance d'être sérieusement cardiaque, ce qui m'oblige à bouger et beaucoup marcher. De plus, ma myopie m'a naturellement porté vers l’observation de près et la macrophotographie. Et l’essor de la photo numérique m’a ouvert des horizons nouveaux.

De ce fait, j’ai longuement arpenté les jardins de Paris, d'une prodigieuse richesse botanique. Je me suis penché de très près sur les formes, les couleurs et la lumière des fleurs, des feuilles, des arbres.
Je reste toujours stupéfait et émerveillé par la beauté de la flore et des mille formes et couleurs prises pour exprimer la vie.
C’est en m’approchant au plus près que je perçois l’unicité propre de chaque végétal, et en l’isolant, que j’en saisis la singularité. Enfin, la lumière naturelle est essentielle en ce qu’elle habille et exacerbe la beauté propre à chaque forme.
Je ne me sens pas alors photographe, créateur d’une image, mais spectateur de merveilles dont je cherche à rendre compte modestement.

Parallèlement, habitant alors Paris, j’ai aussi consacré beaucoup de mes déambulations à photographier les « mascarons », figures de pierre au-dessus des portes et fenêtres. Ces ornements, d’une profusion et d’une richesse inouïe et pourtant si méconnus, sont véritablement les témoins immuables de la vie parisienne. J’en ai fait un site internet à part entière, recueillant leur diversité en plus de 4 000 photos.

Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
tk-21_logo.png