top of page

PIERRE-PAUL

Si Alice noir...
Enseignant en Histoire et Histoire de l’Art (j’ai même enseigné l’histoire de la Photographie à des étudiants de ces deux disciplines...), je pratique depuis fort longtemps, une très modeste photographie, essentiellement argentique et noir et blanc.
Les deux séries présentées (Ici et Là) se situent donc un peu à l’écart de mon travail habituel car ces images doivent tout aux prises de vue numériques et à Photoshop : il s'agit de montages qui se revendiquent comme tels.
Les « décors » ont été glanés au gré de mes pérégrinations ou dérobés à d'autres photographes (on les considérera alors comme des citations — on y reconnaitra, par exemple, des extraits d'images de Daniel Boudinet, d'Henri Cartier-Bresson ou encore de JR ou Dave Heath...).
Le lapin, mexicain et métallique, a été photographié, sous tous les angles, en Arizona, dans une demeure privée.
Le modèle s'appelle Maléna (Malénalice, bien sûr !) et a posé en intérieur - je n'ose pas dire en studio - devant des fonds plus ou moins neutres.
Si Alice noir... est une proposition et imagine ce qui arriva ensuite. En effet, à la fin du récit de Lewis Carroll, la grande sœur d'Alice évoque ainsi l'avenir : « Lastly, she pictured to herself how the same little sister of hers would, in the aftertime, be herself a grown woman ; and how she would keep, through the riper years, the simple and loving heart or her childhood... ». Alice doit donc grandir et elle devra de nouveau rencontrer/affronter le(s) lapin(s) blanc(s). Lui permettront-ils de conserver « the simple and loving heart of her childhood » ? On peut en douter car ces lapins qui n'ont plus de montres, ne sont, cette fois, ni naïfs, ni bon enfant. Ils sont déterminés à pervertir Alice, voire à la séquestrer tel l'objet de leurs désirs.
Alice intriguée, Alice séduite, Alice pervertie (Ici), Alice inquiète, Alice effrayée, Alice résignée, Alice soumise (Là), Alice noir donc, et noir est un verbe.*
Désormais le merveilleux noir et il n'y a pas de réveil possible ! Pierre-Paul .
* J’en emprunte l'usage à Alix Cléo Roubaud - voir la série photographique Si quelque chose noir, 1981, reproduite in Alix Cléo Roubaud, Photographies, BNF, 2014).

Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
tk-21_logo.png

bottom of page