MISA ATO

Les raisons qui m’ont guidé dans le domaine de la photographie sont en partie énigmatiques. Mais à partir du moment où j’ai eu entre les mains un appareil photo, je ne l’ai plus quitté. Très rapidement les possibilités offertes par ce reflex étaient là pour satisfaire ma créativité.

Architecte de formation, j’ai cessé mon activité libérale en 2018 pour me consacrer à la photographie. Autodidacte en photographie, je passe du temps à me documenter et à découvrir ce qui me touche dans le travail des grands photographes. Le reste du temps je photographie. Malgré le peu de recul que j’ai sur mon travail, j’arrive à percevoir des intentions, la créativité, l’expression qui permettent de rendre visible ce que mes sensations et mes yeux perçoivent.
Enfin, à travers le voyage, les déplacements, les rencontres, le partage reste l’aboutissement de mon travail.

Le noir et blanc s’est imposé comme référence à mes projets. Connaissant la couleur par une approche picturale, je me méfie de son impact sur une photo car elle attire bien trop souvent l’œil au détriment du sujet ou du fond. Le noir et blanc me permet de composer géométriquement mon sujet qui s’enrichit de lumière et d’une gamme de tonalités infinies de gris.
Je recherche souvent un modèle, un sujet, épuré, simple, souvent des lieux abandonnés, vacants, dépouillés d’activités et de personnes, non pas pour les effacer, mais pour les suggérer et renforcer leur présence par leur absence, par le silence.
_______

« Ne rien dire, fermer les yeux, laisser le détail remonter seul à la conscience affective. » Roland Barthes.

Ainsi, les œuvres présentées dans la série « Le silence » s’articulent sur les lieux de l’absence qui nous soumettent au silence. Elles abordent l’architecture, ses systèmes constructifs, son rôle fonctionnel ou symbolique pour traiter de questions qui lui sont inhérentes telles que celles de l’ordre et du chaos, du durable et de l’éphémère, de l’abandon et du devenir, de l’oubli et de la mémoire. Ce travail photographique, relevant parfois d’une forme d’archéologie, propose des perspectives et des points de vue sur le monde moderne qui nous conduisent à réfléchir sur notre relation à celui-ci.
Une façon d’initier un passage au travers du bruit du silence, l’indiscernable qui peu à peu révèle l’histoire, la mémoire, le temps, en s’appuyant sur l’ombre et la lumière, les nuances de gris et la géométrie de la tâche et du trait.

Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
tk-21_logo.png