MARIN KASIMIR

Né en 1957 à Munich.
1961 Kindergarten à Karlsruhe, fresque panoramique d’un mur de 1,50 x 15 m.
1964 Ecole Européenne, à Karlsruhe, bac à lauréat obtenu en 1976.
1977 Académie des Beaux-Arts de Munich, diplômé en 1981.
1980/81 Assistant chez Mario Merz, Salzburg et Torino.
Vit et travaille actuellement à Bruxelles.
__________

Tondo, Tondi : et si le monde était rond ?!
Même si on sait que le monde est rond, il est rarement perçu et représenté comme cela, la vision carrée ou rectangulaire de l’espace primant ainsi que sa fragmentation.
Mon travail du panoramique depuis la fin des années 80 a mis en question la perspective centrale, celle de la maîtrise ou de la domination de l’espace qui nous entoure, et a proposé un autre regard sur le réel (la ville, l’architecture…), abolissant l’idée du cadrage et du point de vue mono-focal.
Quand la fin de la pellicule 70 mm s’est annoncée, j’ai investi en 2003 dans une nouvelle caméra rotative digitale avec possibilité de changer les optiques. Des images de 180° en hauteur et de 360° en largeur en résultaient. Ce qui veut dire que tout ce qui, d’un point de vue, était visible, était capté et montrable. Cette information digitale était, dans une deuxième phase, projetable sur une sphère et de la sphère sur un disque : le Tondo photographique et contemporain était né.
Ce procédé, un peu technique, a pu créer des images inédites et je l’ai utilisé surtout pour des intérieurs de bâtiments comme le Panthéon, des édifices baroques à Venise, le Grand Palais, le Couvent de La Tourette, (construit par Le Corbusier en 1959) et d’autres bâtiments de Le Corbusier à Firminy. Malgré les déformations quelque peu anamorphosiques ou sculpturales, ces Tondi ont pu capter l’âme ou l’essence du sujet.
Il s’agit d’un travail d’artiste sur le travail d’un autre artiste - ici un architecte - comme je l’ai déjà fait avec l’installation de Ernesto Neto au Panthéon en 2006 ou avec Daniel Buren avec son installation monumentale au Grand Palais,
« Excentrique(s) », en 2012.
Les premières images de La Tourette datent de 2007, mais ce n’est que récemment que j’ai pu y retourner et y séjourner pour mieux sentir l’architecture de Le Corbusier - jour et nuit - et sentir le silence omniprésent, m’apercevoir du Modulor appliqué partout.
Avec le Couvent de la Tourette, l’église Saint-Pierre à Firminy ainsi que l’Unité d’Habitation, il s’agit bien évidemment d’architectures très souvent représentées, photographiées, publiées, en noir et blanc et en couleur. Mais chaque image ne peut être que fragment...

Ici rien n’est isolé, tout est montré dans son contexte. En effet, le panorama et mon regard interprètent ces icônes du XXe siècle moderniste différemment, afin de mieux rendre compte de leurs qualités chromatiques, haptiques, matérielles, lumineuses et volumineuses… afin d’en tirer une nouvelle esthétique photographique et d’inventer des images jamais vues.

Mes remerciements vont à la Fondation Le Corbusier.

©MARIN KASIMIR
©MARIN KASIMIR
©MARIN KASIMIR
©MARIN KASIMIR
©MARIN KASIMIR
©MARIN KASIMIR
©MARIN KASIMIR
©MARIN KASIMIR
©MARIN KASIMIR
©MARIN KASIMIR
©MARIN KASIMIR
©MARIN KASIMIR
©MARIN KASIMIR
©MARIN KASIMIR
©MARIN KASIMIR
tk-21_logo.png