LUCIE HODIESNE DARRAS

Lucie Hodiesne Darras est une photographe française âgée de 25 ans.
Elle a toujours grandi dans l’univers photographique : son père collectionnait des boîtiers argentiques et son grand-père, admirait Robert Doisneau et Brassaï. Elle a étudié à GOBELINS, l'école de l'image, en cursus photo et vidéo après avoir obtenu une licence d’anglais et d’espagnol à l’université de Caen.
Son approche photographique est en tout premier lieu humaniste. Traduire une certaine vérité et mettre en lumière des émotions, ainsi que la beauté qui émane d’un sujet.
« Photographier, c’est mettre sur la même ligne de mire la tête, l’œil et le cœur ». Ces mots d’Henri Cartier-Bresson illustrent parfaitement sa conception du 8e art. Au-delà d’un langage, la photographie est une vocation.
En 2018, elle est soutenue par la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet pour faire de sa passion de l’image son métier, et réalise avec cette même fondation une exposition en région parisienne, avec une série photographique qui relate le quotidien de son grand frère autiste.
En 2019 et 2020, elle est encouragée par les Franciliens pour publier son premier livre.
_______________
Se réapproprier son corps après des actes physiques violents, cela demande du temps. Il y a des cicatrices invisibles, marquées par un mal-être psychologique. Il y a des plaies psychiques qui se referment difficilement. L’espace d’un instant, on nous a volé notre corps.
Nous sommes en combat post-traumatique avec nous-même. Dans une quête de reconstruction personnelle. Dans un état de chrysalide jusqu’à notre propre délivrance mentale, notre renaissance.
Au travers de cette série photographique réalisée au sténopé, je souhaite mettre en lumière ces fractures et fêlures invisibles et pourtant si manifestes et brutales au travers de notre langage corporel. Aborder la question de la réappropriation de soi par rapport à son identité, à son enveloppe corporelle. Comment redevient-on maitre de sa vie ? Comment se reconstruit-on après un événement traumatisant ? Comment le corps réagit-il à tout cela ? Comment apprivoise-t-on de nouveau celui-ci quand il nous a été arraché ?

©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
©LUCIE HODIESNE DARRAS
tk-21_logo.png