FANNY GENOUX

Née à Lyon, basée à Nice, enseignante.
Je m’intéresse à la photographie dans son ensemble et, bien que dernièrement je me sois plus particulièrement tournée vers la photographie de rue, je pense avoir une approche variée de celle-ci.
La composition graphique, très construite, parfois à la limite de l’abstraction, fait partie de ce que je recherche et se retrouve dans l’ensemble de mon travail, à l’exception de quelques séries très différentes.
Les ombres, les lignes et les formes abstraites, les matières ont un langage qui me touche. J’utilise l’environnement, le plus souvent urbain, comme un décor devant lequel je tente de composer des histoires, intégrant des petits détails. L’humain dont la présence n’est pas forcément directe - il peut être une silhouette, une ombre, une matière - se perd, anonyme dans la géométrie que dessinent les villes, la matière ou la couleur, l’un et l’autre s’influençant réciproquement. Aujourd’hui la photographie fait partie intégrante de ma vie.
___________
Nous ne prenons pas toujours le temps de les voir, pourtant, si l’on y pense, elles sont nombreuses dans nos rues. Bien que silencieuses, souvent, elles m’interpellent, alors je les immortalise, les collecte et les rassemble.
Désormais inutiles et anonymes, on les croise parfois à l’angle d’une rue, au détour d’un chemin, dans une ruelle obscure ou encore à l’arrêt d’un bus. Encore fringantes, du moins en apparence, bien souvent décrépies, éventrées ou avec un pied cassé, ces orphelines, loin de leur environnement premier, gardent en elles l’empreinte d’un passage, une mémoire : elles auraient tant de choses à dire si nous les écoutions.
Elles, dont l’assise fut longtemps en intime compagnie, sont ces chaises errantes, esseulées, muettes, peut-être devenues sauvages, victimes d’un abandon brutal et sans témoin, désormais vouées à se taire.

Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
tk-21_logo.png