CATHERINE HEUZÉ

Je me souviens du 6X6 de mon père. La dernière fois que je l’ai tenu dans mes mains, je devais avoir 17 ans. Je me souviens de son poids, du toucher presque froid du boitier et de l’odeur du cuir de son étui. J’étais à Cassis et j’ai pris en photo l’escalier qui descend vers la plage.
Je me souviens du temps que j’ai mis à faire jouer mon regard sur ce que je voulais photographier. Pour en choisir le meilleur cadrage, la meilleure lumière, tout ce qui dirait le mieux mes sensations attachées à ce moment.
En 2017, j’ai repris ce fil, au-delà des photos que je n’ai jamais cessé de faire, ici, dans mon univers quotidien, ou ailleurs, en particulier au Japon.
Depuis, mes séries sont toutes réalisées au smartphone.
__________
Entre équilibre et déséquilibre, cadre et ligne de fuite, flou et netteté, c'est là que tout se passe, c'est là que tout palpite.
Ma vision est celle d’un monde où chaque moment, chaque détail renferme des possibilités incroyables.

©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
©CATHERINE HEUZÉ
tk-21_logo.png