ANTOINE BEGUIER

Antoine Béguier est un photographe documentaire français installé à Bruxelles. Pendant ses études à Calcutta, il s’oriente vers une photographie engagée, où il dépeint les contrastes de la société indienne. Il lie ensuite les problématiques migratoires et la notion d’isolement à ses voyages en Asie et au Moyen-Orient. Amoureux de l’Iran et des steppes d’Asie Centrale, il part à la rencontre des gens déconnectés de la mondialisation. Il esquisse leur vie quotidienne à travers des récits intimistes. Il est membre du collectif iranien RAVI Photos.
____________

À l’heure du confinement et de la distanciation sociale institutionnalisée, le silence gagne le cœur des grandes mégapoles. Pourtant ce silence effrayant n’a pas attendu l’épidémie de coronavirus pour gangréner les capitales du monde entier.
Décembre 2018, mon premier contact avec Tokyo. J’ai toujours cherché le contact pour photographier, individualiser et comprendre le quotidien des gens. À Tokyo, je n’ai jamais osé arrêter ce flux humain, celui qui entre et sort des gares, des grands magasins, des bordels ou des sièges des multinationales. Ces mouvements cadencés m’évoquent la précision silencieuse d’un moteur électrique, froid et linéaire. Les rares regards timides que je croise se faufilent rapidement dans le recoin d’une rame de métro. Je me sens seul, comme ces millions de gens qui marchent, mangent et dorment en parallèle sans jamais se croiser. Ces rues pleines semblent vides et sans bruit. Aucune publicité criarde, aucune enseigne multicolore, aucune chanson enfantine échappée d’un centre commercial ne parviennent à combler le silence de ces interactions transparentes. Le temps de quelques secondes, une silhouette lointaine vient marquer une présence humaine dans ce décor mécanique. Où va-t-elle ? L’intimité rare et sanctuarisée des tokyoïtes m’est interdite. Elle se dévoile par des ombres chinoises dans des carrés de lumières, inaccessibles, qui agrémentent les gratte-ciels. Chacune de ces silhouettes silencieuses, détachées du flux saccadé des carrefours, m'est offerte comme un début d’humanité.

Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
Add a Title
tk-21_logo.png