CRISTIANO GERARDI 

Je viens d’un petit village du Veneto, pas très loin de Venise. Pendant les années du lycée je me suis passionné pour le théâtre et la photographie. J’ai étudié l’architecture à Milan où j’ai pu exploiter mes passions lors de divers enseignements à l’université. Durant ces années, j’ai beaucoup voyagé, du Maroc jusqu’à l’Inde et j’ai vécu en Suède, toujours accompagné par mon ancien réflex argentique. Depuis cette année je travaille à Paris dans une agence d’architecture tout en cultivant ma passion pour la pellicule.

_____________

Je considère la photographie comme un moyen d’enquêter la réalité à travers une mise en scène de l’espace qui m’environne. Quand je bouge mon corps dans un endroit en compagnie de sujets et d’une lumière intéressants, je trouve grâce à un objectif, de préférence entre 35 et 50 mm, le cadrage adapté à la narration. En choisissant un point de vue, je fixe une relation entre l’oeil et le décor. C’est alors que j’appuie sur le déclencheur. L’image que j’obtiens est aplatie par une profondeur de champs élevée et accueille, comme une scénographie en plusieurs plans, le sujet. Cet exercice commence par la prise de conscience des caractéristiques des éléments de l’espace: les formes, devenues abstraites, et les couleurs souples du film prennent part à la composition. Le discours enfin n’est pas explicite, le sujet est plutôt une possibilité suggérée par l’espace, les acteurs qui apparaissent parfois sont seulement des figurants. Le protagoniste c’est le spectateur.