EN EXPOSITION DANS CE NUMÉRO :

CORRIDOR ELEPHANT établit des partenariats avec d'autres médias culturels ou des mouvements artistiques. Nous avons découvert et aimé le mouvement Transfiguring, nous sommes heureux de vous pouvoir vous faire découvrir sur cette galerie le travail d'artistes qui le compose

http://www.transfiguring.net/

Transfiguring est un mouvement artistique né en 2014. Ses sept membres fondateurs l’ont voulu ouvert à des sensibilités variées, avec pour seule condition d’utiliser la photographie dans le processus créatif.  Comptant désormais treize artistes aux esthétiques très différentes les unes des autres, Transfiguring expose aux quatre coins de la France et multiplie publications et conférences pour promouvoir une approche renouvelée de la photographie contemporaine, amenant parfois cette dernière à s’effacer pour se transformer en autre chose.

Arnaud Sabot photographie en argentique non par refus du numérique, ou attachement à une technique, mais parce que son travail de photographe, commencé à la prise de vue, se prolonge par des interventions sur ses négatifs qu’ensuite il numérise et retouche avec un logiciel pour travailler les contrastes, les rythmes et les couleurs : des jaunes, des bleus, des verts, des rouges presque acides. 

La saisie du réel photographié devient source d’imaginaire. L’altération du négatif, sa transformation par grattage, collage, hiéroglyphes, ajouts peints, taches, accidents, vieillissement accéléré… vient polluer ce dernier parfois jusqu’à la disparition du sujet (Tour d’ivoire, Juste un écrit). Il ouvre ainsi à travers des photos de voyages, des photos quotidiennes, des photos souvenirs, un espace fictionnel, une mythologie personnelle et nous raconte son histoire, ses rêves enfouis (Atacama). Ce qu’il donne à voir au spectateur est une expérimentation, un récit intime, une dé/re-figuration, une métamorphose qui décale le regard et la lecture de ce qui est représenté.

En utilisant ses négatifs comme matériau de base et en les manipulant comme des objets, Arnaud Sabot déplace l’effet miroir de la photographie. Il fusionne le réel dans une autre réalité, celle de la création d’une image. 

En ce sens, le photographe se fait plasticien et l’œuvre photographique travaillée dans sa matérialité, quitte sa fidélité au réel pour s’ouvrir à une forme nouvelle, une photo devenue médium d’une représentation picturale.

Adrienne Arth