Né en 1961, Alain Guillemaud vit à Lyon où il commence à pratiquer la photographie dès 1985. Photographe indépendant depuis 1987, il travaille pour les entreprises, agences de publicité, institutions et artistes.
Ses spécialités sont le reportage, le portrait et la création de visuels.

Passionné de techniques alternatives, parallèlement aux commandes, il travaille sur des projets personnels réalisés avec des films Polaroid.
Pour ses créations il explore toutes les possibilités des films instantanés, sa recherche a été récompensée en 2002 par le Grand Prix Polaroid International et le 1er prix européen dans la catégorie recherche personnelle. Suite à ces prix, la société américaine lui confie pendant quelques jours l’un des rares exemplaires de la grande chambre Polaroid pour réaliser une série d’instantanés au format 50X60 cm.

En 2013 l ‘ANPA lui décerne le 2ème prix du concours d’arts plastiques « The Art Day 3 ». Désormais décidé à consacrer la majeure partie de son temps à ses créations, expositions et ateliers créatifs, sans délaisser le numérique, il poursuit aujourd’hui ses recherches artistiques avec des films instantanés et procédés alternatifs.

________

Bleu et autres pérégrinations

Tous les jours j’utilise la photo numérique pour mon travail professionnel. C'est l’outil idéal pour le monde d’aujourd’hui, rapide, précis, facile à utiliser et sans surprise.Mais quel plaisir de temps à autre de travailler en argentique et de retrouver cette matière analogique parfois imprévisible mais assurément plus complexe et sensorielle.

En voyage, à Lyon, ou en studio, entre les commandes professionnelles, je sors mes boitiers Polaroid en quête d’émotion, je photographie en fuyant la réalité, je transforme et réinvente les lieux, leur cherche ou leur invente une histoire.
Sans histogramme et écran de contrôle, parfois un accident photographique transporte ma photo dans une autre dimension. Loin du documentaire et du réel mes images se rapprochent souvent de la peinture et du graphisme .

Je suis passionné par les monochromes et par la couleur bleue qui peut se décliner à l’infini, le bleu est la couleur la plus profonde et la plus immatérielle. Parfois je me résigne à utiliser d’autres couleurs pour apaiser les regards, mais inlassablement l’impact de cette couleur sur le mental me charge d’énergie pour de nouveaux voyages.