DANS CE NUMÉRO :

VIEUX MESSIEURS

AGNES JANIN

Dans la rue, à l'affût, je guette.

Ou pas, car parfois, ‎je ne suis accaparée que par moi.

Mais soyons honnête, souvent je guette

Le hasard des regards, ‎l'aléa des œillades,

Je guette celui qui s'attardera, 

Si peu de temps, assez pour ‎en dire un peu plus long. 

 

Observation, discrétion, ‎évaluation, puis œillade.

Qui laisse indifférent, coi ou qui taillade. 

Je les collectionne. Je les affectionne plus sûrement que les revers qui zèbrent de rouge ma joue quand je jette moi mon regard et que je remonte mon hameçon brillant, intact, sans prise, saillant, ‎sans tact - méprise. 

 

Mais quand les regards s'attrapent, s'étreignent, se prennent par la main, ‎l'espace d'un instant tout se dit, le possible, l'impossible, la rangée des infinis, la foule de ce qui serait permis. 

Puis en un battement de paupières, tout se clôt. Rideau. 

 

Deux amas de matière, deux volatiles solitaires ‎qui s'attirent puis repartent suivre leur trajectoire, sans tambour, ni fanfare, un petit sourire étiré au quoi du bec, l'œil humide, le gosier sec. Ils iront ranger avec précaution la petite pépite ainsi cueillie, iront la cacher tout au fond de leur nid. Certains se gaveront dans leur vie, d'autres récolteront avec parcimonie. 

 

Au grand bal impudique des regards en chassés-croisés, 

parfois en oblique, parfois franc du collier, 

tous ne peuvent de même espérer. 

Quand l'âge a patiné son monsieur,

quand ses poils émergent à des endroits indus, 

quand il s'en est remis à caresser des yeux, 

à défaut de convoiter le réel toucher de la peau nue, 

alors la magie s'opère, libérant les vieux messieurs de leur souricière. 

Voici venu le temps de regarder sans vergogne, 

toute pudeur lâchée aux chiens, 

pour un peu que le cœur cogne, 

ne plus se soucier de travestir son dessein. 

Assouvir ce qui peut encore l'être, 

en oubliant ce que c'est que d'être fier, 

jamais ne chercher plus loin que de poser les yeux sur ce qui est offert, 

une charte de vieux, soiffards encore, mais incapables de plaire 

à la jolie – et plus jeune, implacablement plus jeune – cavalière 

qui chevauche impeccablement encore le temps sans y avoir traversé de déserts.